Home

Retour 23.11.2020

Skier avec son masque chirurgical devient possible grâce à Skears, créé en Valais

Skears : c’est le nom des crochets qui se fixent sur un casque de ski et sur lesquels on peut facilement fixer un masque chirurgical standard. Cette innovation, qui permet aisément aux skieurs de respecter l’obligation de port du masque sur les remontées mécaniques, est née au sein de la jeune entreprise Des Choses Pareilles, basée à Ardon. Imaginé en Valais, ce produit est disponible dans les magasins de sport. Il met en lumière la faculté de réaction et d’innovation de l’économie valaisanne.


« L'idée de base de Skears vient d’un proche de l’un de nos collaborateurs. Dès que le masque a été rendu obligatoire sur les remontées mécaniques, il s’est demandé comment pouvoir facilement accrocher son masque avec des gants de ski », précise Alain Woeffray, directeur de Des Choses Pareilles. « En tant que skieurs, nous n’étions pas convaincus par les solutions sur le marché. Nous voulions un produit qui permette une liberté lors de la glisse sans compromis sur la sécurité. L’utilisateur a confiance au matériel de protection qu’il utilise tous les jours. En lui permettant d’accrocher son masque au casque sans modification, nous limitons au maximum les problèmes d’hygiène. »

Rapidement, les quatre collaborateurs de l’entreprise ont planché sur des idées et prototypes. La simplicité apparente du produit découle d’un travail de conception basé sur plusieurs itérations de prototypage rapide. Après moult impressions 3D et tests, l’équipe se met d’accord sur un double crochet qui se colle sur les côtés arrière de n’importe quel casque. « C’était la solution la plus efficace, qui permet de ne pas obstruer le visage avec des pièces solides, tout en garantissant une tension optimale des élastiques des masques », observe Ivan Schaffner, développeur de Skears. 


Collaboration avec des acteurs locaux
Le prototype validé, Des Choses Pareilles s’est approchée d’une entreprise jurassienne pour la fabrication d’un moule pour l’injection plastique et la création de plusieurs dizaines de milliers de pièces. Celles-ci ont été réalisées en un temps record. Les autocollants ont été fournis par une entreprise zurichoise. Le packaging a été réalisé en Valais. Les premières pièces ont déjà été conditionnées, via les Ateliers St-Hubert. « La collaboration avec les acteurs locaux nous tenait à cœur et nous a permis d’être très réactifs », note Alain Woeffray. 

Il y a quelques jours, Des Choses Pareilles a été approchée par un distributeur, qui s’est porté acquéreur d’une grande partie de la production et qui distribuera ainsi, via les magasins de sport, les Skears. « Si le produit prend, nous pourrons réaliser rapidement un réapprovisionnement, grâce à nos fournisseurs locaux ». 


Une faculté d’adaptation sans pareille
Skears, c’est un produit concret, mais également et surtout l’illustration des capacités d’adaptation de cette jeune société valaisanne, fondée en 2017 et accompagnée par la Fondation The Ark. « Sous forme de services, nous aidons nos clients à innover et à atteindre le marché de la manière la plus pragmatique possible. La crise du Covid-19 nous a quelque part obligés à nous réorienter mais il n'y avait pas de raison que cela ne marche pas pour une idée interne », précise Alain Woeffray.

Des Choses Pareilles a ainsi démontré sa capacité à amener rapidement une idée sur le marché. Cette petite innovation valaisanne apportera, quoi qu’il arrive, sa contribution à la saison d’hiver 2020-2021, si importante pour la branche touristique valaisanne. 


Informations complémentaires : Des Choses Pareilles


 

Fondation The Ark - Route du Rawyl 47 - 1950 Sion - Suisse | Réservation de salles