Home

Retour 15.04.2017

H55 SA

Pendant longtemps, les moteurs électriques, respectueux de l’environnement, ont semblé trop peu puissants pour l’industrie aéronautique. Un avion à propulsion électrique conçu par des pionniers valaisans de la voltige aérienne prouve une fois de plus le contraire. 

La motorisation faisant appel à l’électricité renouvelable n’a pas seulement de l’avenir sur terre, mais aussi dans les airs : l’entreprise H55 en est convaincue. En collaboration avec des partenaires industriels, elle a développé un avion de voltige propulsé par des batteries. Celui-ci vole – une fois le « plein » d’électricité renouvelable fait – sans la moindre émission de CO2, et ce avec une autonomie record : alors que jusqu’à présent, les avions électriques atteignaient un temps de vol de quelque dix minutes, le nouvel aéronef tient en l’air 45 minutes environ – dont 30 minutes de voltige gourmande en énergie – sans une seule goutte de kérosène. 

 

Des composants existants intégrés 

Région naturelle caractérisée par de faibles émissions de CO2, le Valais constitue un site idéal pour le développement de la mobilité électrique. Il n’est donc guère étonnant qu’à l’automne 2016, après une année et demie de développement de cet avion électrique, l’« Hamilton aEro » ait décollé devant un public émerveillé à Rarogne, dans la vallée du Rhône. Cette première a été rendue possible grâce à l’utilisation par les développeurs, avec l’assistance technologique d’Hamilton, leur principal sponsor, des composants les plus récents pour aboutir à un appareil high-tech ultraléger : le fuselage est en fibre de verre et en matériaux composites de carbone. Le moteur électrique Siemens fournit une puissance maximale pour un poids minimum. L’avion, batteries comprises, affiche 326 kg sur la balance. Il reste environ 100 kg pour le pilote et les bagages afin de respecter le poids maximal au décollage de 420 kg. 


L’entreprise H55 a concrétisé en un temps record le concept d’un avion de voltige capable d’être produit en série. Derrière elle, il y a trois pilotes passionnés : Thomas Pfammatter, Dominique Steffen et Sébastien Demont. Ce dernier était le chef ingénieur électricien du Solar Impulse. Il est aussi le principal réalisateur du système de gestion des batteries, la pièce maîtresse de cet innovant aéronef, qui assure la surveillance des 108 cellules de batteries et peut, par exemple, désactiver certaines d’entre elles en cas de menace de surchauffe. Une partie de l’électricité est récupérée pendant le vol, en convertissant en courant l’énergie cinétique du rotor pendant les phases de piqué.

 

Anticipation des opportunités du marché 

« Dans dix ans, une grande partie des pilotes de voltige utiliseront des avions électriques », prédit Thomas Pfammatter. « Ils sont moins coûteux, plus silencieux et plus écologiques que leurs prédécesseurs à propulsion par carburants fossiles. » Les pionniers de H55 montrent avec leur avion électrique comment exploiter le réseau industriel suisse pour créer des solutions innovantes sans compromettre ses chances sur le marché. Avec leur système de gestion des batteries, ils fournissent un composant clé pour les fabricants d’avions électriques. En outre, H55 souhaite produire elle-même des avions de voltige en petite série. Le successeur du « Hamilton aEro » doit être encore plus performant et plus maniable. Suffisamment attirant pour emporter l’adhésion des passionnés de voltige aérienne lors des compétitions d’acrobaties les plus exigeantes.

 

Soutien de la Fondation The Ark

La Fondation The Ark accompagne H55 grâce à un projet d’innovation qui lui permet d’améliorer le système de gestion de batterie des avions. (Projet Innovation)


Source : Swiss Cleantech Report

Crédit photo : Michael Portmann
 

Année de fondation: 2015
Directeur: Thomas Pfammatter
Adresse: Seewjinenstrasse 6, 3930 Visp
Téléphone: +41 27 329 08 30
Web: www.h55.ch
Contact: gregory.blatt@h55.ch
Nombre d'employés: 3
Fondation The Ark - Route du Rawyl 47 - 1950 Sion - Suisse | Intranet The Ark